Le résumé de la saison 2016/2017

3 changements de coach, 46 points seulement et une triste 12ème place pour cette 3ème saison consécutive sous l’ère Lim, qui présente globalement de piteux résultats malgré de très gros moyens investis durant certains mercatos.

La saison en chiffres

46 points – 13 victoires, 7 nuls, 18 défaites

Statistiquement, c’est peut-être l’une des pires saisons de l’histoire du club en Liga puisqu’on compte le plus grand nombre de défaites en Liga à égalité avec la saison 1984/1985, d’autant plus que c’est la saison où le club a encaissé le plus de but dans son histoire, avec 65 buts encaissés en 38 matchs (soit un ratio 1,7 but encaissé par match!). Sur le plan offensif également, le club enregistre un triste record, celui du plus faible meilleur buteur en championnat. Cette saison, Munir, Simone Zaza et Santi Mina n’ont inscrit que 6 buts; ce n’était plus arrivé depuis la saison 1968/1969.

Notons tout de même que l’arrivée de Voro aura permis de rééquilibrer les comptes et remonter au classement puisqu’avant son arrivée, le club restait sur un piteux bilan de 3 victoires, 3 nuls et 9 défaites. Avec Voro, c’est 10 victoires, 4 nuls et 9 défaites, dont 7 victoires engrangées à Mestalla (58% de victoires à domicile). L’homme à tout faire (littéralement, puisqu’il a travaillé à de nombreux postes importants différents au sein du club) aura donc permis à Valence de se maintenir et de révéler quelques éléments positifs au sein de ce club.

Les tops

Dani Parejo – 36 matchs, 5 buts, 9 passes décisives

Sa saison n’est pas aussi prolifique que la saison dernière où il avait atteint les 12 buts en Liga, mais n’en reste pas moins excellente. Malgré quelques moments où il se laisse aller, il rend globalement une copie plus que correcte. Directement impliqué dans le jeu offensif, il aura été décisif, faisant même partie des joueurs qui font le plus de passes qui mène à une passe décisive ou à un but. Il nous aura aussi sorti quelques perles sur coup-franc. Sa spéciale.

Simone Zaza – 20 matchs, 6 buts, 1 passe décisive

Arrivé en janvier au club dans une situation très délicate (Prandelli avait démissionné, Voro prenait la tête de l’équipe), l’italien s’est très bien adapté au système et semble posséder l’ADN idéal pour un attaquant valencien. Dans un registre assez proche de Paco Alcacer, l’ancien turinois fait figure de satisfaction et malgré son prix plutôt élevé (option d’achat de 16M€ et coût du prêt estimé à 2M€), il sera très attendu la saison prochaine.

La révélation

Carlos Soler – 23 matchs, 3 buts, 1 passe

Déjà cité depuis plusieurs années comme l’un des grands espoirs du club, le jeune Soler a confirmé les attentes placées en lui en s’imposant comme l’un des 3 milieux de Voro, aux côtés de Parejo et d’Enzo Pérez. Sa vitesse, son sens du toucher et sa vision du jeu nous rappelle quelque peu un certain David Silva. Auteur d’une pépite contre le Celta Vigo avec un magnifique lob, le jeune espagnol a récemment signé une prolongation de contrat jusqu’en 2021, avec à la clé une clause libératoire de 80M€, rien que ça.

Les flops

On pourrait citer une grande majorité de l’équipe tellement la saison a pu être mauvaise, mais nous allons retenir ceux qui nous ont le plus déçu.

Munir – 34 matchs, 6 buts, 3 passes décisives

Prêté par le FC Barcelone dans le cadre du transfert de Paco Alcacer, l’hispano-marocain fait bien partie des plus décisifs en championnat avec le club mais a globalement rendu une copie assez moyenne. Quelque fois invisible, il ralentit sur certaines séquences le jeu et s’est montré parfois maladroit ou gourmand dans le dernier geste. C’est ainsi sans regrets que le club le renvoie en Catalogne, puisque ni le club, ni le joueur ne voient un futur pour lui à Valence.

Abdennour – 13 matchs

Longtemps absent pour une blessure et « barré » par le duo défensif Mangala-Garay, le tunisien n’a pas su imposer sa patte défensive quand il était sur le terrain. Peu technique, ses relances étaient parfois dangereuses. Acheté la saison dernière à Monaco pour près de 25M d’euros, l’ancien toulousain n’en vaut plus autant aujourd’hui.

Le bilan en Copa del Rey : éliminés en 1/8èmes contre le Celta Vigo (6-2 sur les deux matchs).

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s